*Avancement moral

En réprouvant l’abominable «pureté» alimentaire qu’imposent les religieux, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» que les religieux attribuent à certains animaux, et pas d’autres, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» que les religieux attribuent à certaines boissons, et pas d’autres, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» sexuelle qu’imposent les religieux, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui engendre les castes, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui réclame la souffrance animale, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui voile les femmes, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui infériorise les femmes, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui enferme les femmes vivantes dans un infect linceul, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui sépare les hommes des femmes, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui sépare les hommes des hommes, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui impose une seule religion, celle des inquisiteurs, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui impose une seule religion, celle des inquisiteurs musulmans, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui refuse l’existence de toute religion exceptée celle des inquisiteurs, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui refuse l’existence de toute religion exceptée celle des inquisiteurs musulmans, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui circoncit, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui excise, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui sacralise les coutumes obscurantistes, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui sacralise la pensée magique des théologiens obscurantistes, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui sacralise la culture obscurantiste, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui sacralise la politique obscurantiste des théologiens, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui sacralise la politique totalitaire des théologiens, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui sacralise la politique profitable aux théologiens, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui sacralise la violence des politiques théologiques, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui détruit la liberté, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui détruit les libertés, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui censure, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui interdit la musique, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui interdit le cinéma, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui interdit les chansons, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui interdit la danse, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui interdit le théâtre, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui interdit la littérature, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui interdit la poésie, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui interdit la peinture, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui interdit le graphisme, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui interdit la bande dessinée, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui interdit la sculpture, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui interdit l’art, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui interdit la beauté, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui interdit les plaisirs qu’offre l’existence, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui interdit l’amusement, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui interdit les spectacles, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui interdit la fête, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui interdit le sport, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui emprisonne, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui interdit la scolarité aux filles, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui interdit l’intelligence, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui empêche d’étudier la science, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui conteste la science, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui s’oppose à la science, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui s’oppose au progrès, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui révise l’histoire, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui interdit la philosophie, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui interdit la critique, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui interdit l’exercice du libre arbitre, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui persécute, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui fait croire au marchandage superstitieux avec un «dieu», l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui fait croire au marchandage superstitieux avec un «saint», l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui fait croire au marchandage superstitieux avec un «ange», l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui fait croire au marchandage superstitieux avec Dieu, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui fait croire au marchandage superstitieux avec Allah, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui fait croire indispensable la connaissance intégrale d’un livre saint, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui fait croire indispensable la mémorisation intégrale d’un livre saint, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui fait croire indispensable d’apprendre la langue d’un livre saint, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui fait croire «incréé» un livre saint, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui fait croire magique un livre saint, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui sacralise un livre, objet matériel, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui invente des dieux absurdes, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui invente des dieux absurdes, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui invente un unique dieu absurde, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui invente des dieux imbéciles, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui invente un unique dieu imbécile, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui invente des dieux s…, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui invente un unique dieu s…, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui fait croire à un «âge d’or» des origines, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui fait croire au «jugement dernier», l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui fait croire à l’enfer, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui fait croire à la «grâce divine», l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui fait croire aux «élus», l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui fait miroiter un «paradis» absurde, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui fait croire à un «paradis» pour les criminels musulmans, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui fait croire aux récompenses célestes pour les criminels musulmans, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui rackette les non-musulmans, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui infériorise les non-musulmans, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui institue le racisme, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui interdit la fraternité, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui interdit le vivre ensemble, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui prêche le vol «halal», l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui dépouille les «mauvais» musulmans, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui dépouille les non-musulmans, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui prêche le pillage, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui prêche la destruction iconoclaste, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui prêche la destruction des trésors archéologiques, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui prêche le kidnapping, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui prêche l’enlèvement, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui prêche le rançonnement, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui prêche l’esclavage, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui prêche le viol, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui transforme un mortel en divinité, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui transforme un prophète en divinité, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui transforme un prophète en divinité impossible à imager, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui transforme un prophète en divinité impossible à critiquer, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui transforme un prophète en divinité impossible à caricaturer, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui engendre le fétichisme envers Allah, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui engendre l’idolâtrie envers Allah, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui engendre l’hystérie pour Allah, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui engendre le fétichisme envers Mahomet, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui engendre l’idolâtrie envers Mahomet, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui engendre l’hystérie pour Mahomet, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui engendre le fétichisme envers l’islam, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui engendre l’idolâtrie envers l’islam, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui engendre l’hystérie pour l’islam, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui interdit le respect des hommes sains pour Allah, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui interdit l’amour vrai pour Allah, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui fait croire qu’Allah encourage à mentir (taqqiya), l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui suppose l’imbécilité d’Allah, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui fait d’Allah un imbécile soucieux exclusivement des apparences, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui fait d’Allah un égocentrique imbécile privilégiant Son unicité (quand seul importe l’avancement moral des êtres humains), l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui fait d’Allah un irresponsable imbécile privilégiant les affirmations discutables du prophète Mahomet (quand seul importe l’avancement moral des êtres humains), l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui fait d’Allah un imbécile comptant scrupuleusement les prières quotidiennes des musulmans (quand seul importe leur avancement moral), l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui fait d’Allah un imbécile contrôlant l’exactitude des prières du musulman (quand seul importe son avancement moral), l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui fait d’Allah un imbécile surveillant l’orientation géographique du musulman occupé à prier (quand seul importe son avancement moral), l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui fait d’Allah un imbécile exigeant la prosternation du musulman «devant lui», tel les sujets des tyrans (quand seul importe son avancement moral), l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui fait d’Allah un imbécile obnubilé par l’abaissement servile dont doivent témoigner ses «sujets» terrifiés en se prosternant jusqu’à terre «devant lui» (quand seul importe l’avancement moral des hommes), l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui fait d’Allah un imbécile comptant avec minutie la zakat majoritairement versée aux mosquées (quand seul importe l’avancement moral des hommes), l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui fait d’Allah un imbécile comptant avec une exactitude pointilleuse les horaires où chaque musulman peut s’empiffrer la nuit sans becqueter le jour (quand seul importe l’avancement moral des hommes), l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui fait d’Allah un imbécile recommandant touristiquement le pèlerinage sur la terre natale du prophète Mahomet divinisé (quand seul importe l’avancement moral des êtres humains), l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui suppose la perversité d’Allah, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui fait croire qu’Allah récompense le crime, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui fait croire qu’Allah encourage à tuer, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui fait croire à la fureur d’Allah, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui fait croire à la vengeance d’Allah, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui fait d’Allah un criminel, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui fait d’Allah un pervers, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui fait d’Allah un s…, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui fait d’Allah le dieu des sauvages, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui fait d’Allah un dieu sanguinaire, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui entache Allah de cruauté, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui fait d’Allah une bête immonde, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui absout le crime, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui prend le diable pour Allah, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui se soumet aux règles du diable, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui vénère les atrocités du diable, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui inspire un immense dégoût des hommes sains pour Allah, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui engendre la peur d’Allah, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui engendre le rejet d’Allah, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui intoxique l’esprit, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui imbécillise l’esprit, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui impose un lavage de cerveau, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui infecte les esprits, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui racornit l’âme, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui dénature la pensée divine, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui insensibilise les croyants, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui incline au mal, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui pervertit les âmes, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui avilit l’être humain, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui fait dire à un immense s…, avant le massacre: «tuez-les tous, Dieu reconnaîtra les siens», l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui enferme l’être humain dans une minuscule cage en fer pour «sauver son âme», l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui «torture par l’eau» l’être humain pour «sauver son âme», l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui brûle l’être humain au fer rouge pour «sauver son âme», l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui visse la langue d’un être humain pour «sauver son âme», l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui grille la langue d’un être humain pour «sauver son âme», l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui écrase les mains d’un être humain pour «sauver son âme», l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui coupe le nez d’un être humain pour «sauver son âme», l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui coupe les oreilles d’un être humain pour «sauver son âme», l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui coupe les mains d’un être humain pour «sauver son âme», l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui coupe les pieds d’un être humain pour «sauver son âme», l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui emmure un être humain pour «sauver son âme», l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui noie lentement l’être humain dans un tonneau rempli d'urine pour «sauver son âme», l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui pend un être humain par les pieds entre deux chiens affamés pour «sauver son âme», l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui pend un être humain par les pieds entre deux loups affamés pour «sauver son âme», l’homme recule moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui étripe un être humain pour «sauver son âme», l’homme recule moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui enroule les intestins d’un être humain à une poulie pour «sauver son âme», l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui inflige à un être humain le «serre-bouche en fer» pour «sauver son âme», l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui inflige » à un être humain la «collerette épinée» pour «sauver son âme», l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui inflige à un être humain l‘«étau destiné aux pouces» pour «sauver son âme», l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui inflige à un être humain l‘«étau destiné aux genoux» pour «sauver son âme», l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui inflige à un être humain l‘«étau destiné au crâne» pour «sauver son âme», l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui inflige à l’être humain le «pieu» (supplice démoniaque des inquisiteurs) pour «sauver son âme», l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui inflige à l’être humain la «scie» (supplice démoniaque des inquisiteurs) pour «sauver son âme», l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui a l’idée d’enfermer l’être humain dans une «vierge de fer» (supplice démoniaque des inquisiteurs) pour «sauver son âme», l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui inflige à l’être humain le «berceau de judas» (supplice démoniaque des inquisiteurs) pour «sauver son âme», l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui inflige à l’être humain la «fourche d’hérétique» (supplice démoniaque des inquisiteurs) pour «sauver son âme», l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui fait mourir l’être humain sur un bûcher pour «sauver son âme», l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui coupe la langue du condamné pour l’empêcher, durant son calvaire ultime en place publique, d’émettre des imprécations visant les inquisiteurs, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui est terrorisée par l’amour, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui hait l’amour, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui refuse la vie, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui redoute la vie, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui est terrorisée par la vie, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui fait aimer la mort, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui exige la mort des autres, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui demande d’hâter sa mort, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui réclame des martyrs, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui exige des sacrifices, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui exige des sacrifices d’animaux, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui exige des sacrifices d’êtres humains, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui réclame du sang, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui réclame encore plus du sang, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui réclame toujours plus de sang, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui fait extraire le cœur d’une vierge vivante par un prêtre, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui met les djihadistes au rang des immolateurs aztèques, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui met les djihadistes au rang des inquisiteurs catholiques, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui met les djihadistes au rang des thugs, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui transforme les djihadistes en fétichistes polythéistes, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui transforme les djihadistes en idolâtres polythéistes, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui fait régresser les djihadistes au stade des pires fétichistes polythéistes, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui fait régresser les djihadistes au stade des pires idolâtres polythéistes, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui tue les homosexuels, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui tue les opposants, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui tue les hérétiques, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui tue les infidèles, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui tue les apostats, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui tue les mécréants, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui tue les athées, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui tue les blasphémateurs, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui tue les caricaturistes, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui tue les artistes, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui torture, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui fouette, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui ampute, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui lapide, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui poignarde, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui flingue, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui abat les gens à la terrasse des cafés, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui abat les gens dans les salles de spectacle, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui abat les gens lors des mariages, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui abat les gens lors des funérailles, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui tue les prêtres durant le culte, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui tue les croyants durant le culte, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui écrase des gens avec une voiture, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui écrase des gens avec un poids lourd, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui place des explosifs n’importe où, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui fait exploser les voitures, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui fait exploser les camions, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui fait exploser les avions, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui fait percuter un avion contre une tour, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui égorge, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui étrangle, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui pend, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui pend, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui fusille, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui pratique l’immolation, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui décapite, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui fait brûler l’être humain, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui transforme en bombes humaines des femmes, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui transforme en bombes humaines des enfants, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui crucifie, l’homme progresse moralement.

 

En réprouvant l’abominable «pureté» religieuse qui perpétue l’inquisition musulmane, l’homme progresse moralement.

***Corrigé***

 

Tyrannie

Dieu n’est jamais tyrannique.

 

Allah n’est jamais tyrannique.

 

L’amour de Dieu pour les hommes n’est jamais tyrannique.

 

L’amour de Dieu qui jugulerait les hommes serait tyrannique, celui d’un dieu pervers du polythéisme.

 

L’amour d’Allah qui jugulerait les hommes serait tyrannique, celui d’un dieu pervers du polythéisme.

 

L’amour de Dieu qui contraindrait les hommes serait tyrannique, celui d’un dieu pervers du polythéisme.

 

L’amour d’Allah qui contraindrait les hommes serait tyrannique, celui d’un dieu pervers du polythéisme.

 

L’attachement de Dieu pour les hommes qui leur ferait peur serait tyrannique, celui d’un dieu pervers du polythéisme.

 

L’attachement d’Allah pour les hommes qui leur ferait peur serait tyrannique, celui d’un dieu pervers du polythéisme.

 

L’amour de Dieu pour les hommes qui ne leur accorderait pas la plus grande liberté serait tyrannique, celui d’un dieu pervers du polythéisme.

 

L’amour d’Allah pour les hommes qui ne leur accorderait pas la plus grande liberté serait tyrannique, celui d’un dieu pervers du polythéisme.

 

Le «royaume d’Allah» sur terre est une chimère funeste.

 

Le «royaume d’Allah» sur terre est une politique obscurantiste.

 

Le «royaume d’Allah» sur terre est une politique inique.

 

Le «royaume d’Allah» sur terre est une politique immorale.

 

Le «royaume d’Allah» sur terre est une politique perverse.

 

Le «royaume d’Allah» sur terre est une politique abominable.

 

Le «royaume d’Allah» sur terre, dirigé par les religieux, devient illico une tyrannie.

 

Le «royaume d’Allah» sur terre, dirigé par les religieux, devient illico totalitaire.

 

En se prosternant, comme les sujets des pires tyrans, «devant» Allah, chaque musulman L’outrage.

 

L’homme se prosterne devant les tyrans, pas «devant» Dieu.

 

L’homme se prosterne devant les tyrans, pas «devant» Allah.

 

***Vénération

L’individu primitif des tribus sauvages croit que ses dieux réclament une vénération obséquieuse.

 

L’individu primitif des tribus sauvages croit que ses dieux ont besoin d’une vénération persistante, sans quoi ils disparaîtraient.

 

Seuls les tyrans de la terre exigent une vénération outrancière.

 

Le croyant primitif des tribus sauvages croit qu’Allah réclame une vénération obséquieuse.

 

Le croyant fétichiste des tribus sauvages croit qu’Allah réclame une vénération obséquieuse.

 

Le croyant idolâtre des tribus sauvages croit qu’Allah réclame une vénération obséquieuse.

 

Nul besoin de vénérer obséquieusement Dieu, un honnête lien affectif avec Lui suffit.

 

Nul besoin de vénérer obséquieusement Allah, un honnête lien affectif avec Lui suffit.

***ajouté***

 

Apocalypse

Les mabouls d’Allah ne peuvent L’obliger à faire advenir leur apocalypse d’hallucinés.

 

Nul ne peut commander Allah.

 

Les morts «ressuscitent» à n’importe quelle époque. Ils vont dans l’«au-delà». Ceux qui ne sont pas «libérables» subissent une réincarnation.

 

Aucun «jugement dernier». Allah ne juge personne.

 

Par le système karmique (justice divine), d’une façon automatique, l’individu réincarné subit des tourments en fonction de son comportement passé.

 

A toutes les époques: ni paradis ni enfer.

 

***Système karmique

Chaque action contraire au vivre ensemble préconisée par Mahomet s’ajoute, augmentant sa dette karmique (justice divine), telle la facture détaillée d’un commerçant intraitable. Accumulation qui retarde d’autant la «libération» des djihadistes et leurs suppôts dans l’«au-delà», puis après.

 

Chaque mensonge préconisé par Mahomet s’ajoute, augmentant sa dette karmique (justice divine), telle la facture détaillée d’un commerçant intraitable. Accumulation qui retarde d’autant la «libération» des djihadistes et leurs suppôts dans l’«au-delà», puis après.

 

Chaque vol (dépouillement d’autrui, butin, etc.) préconisé par Mahomet s’ajoute, augmentant sa dette karmique (justice divine), telle la facture détaillée d’un commerçant intraitable. Accumulation qui retarde d’autant la «libération» des djihadistes et leurs suppôts dans l’«au-delà», puis après.

 

Chaque méchanceté préconisée par Mahomet s’ajoute, augmentant sa dette karmique (justice divine), telle la facture détaillée d’un commerçant intraitable. Accumulation qui retarde d’autant la «libération» des djihadistes et leurs suppôts dans l’«au-delà», puis après.

 

Chaque viol préconisé par Mahomet s’ajoute, augmentant sa dette karmique (justice divine), telle la facture détaillée d’un commerçant intraitable. Accumulation qui retarde d’autant la «libération» des djihadistes et leurs suppôts dans l’«au-delà», puis après.

 

Chaque méfait préconisé par Mahomet s’ajoute, augmentant sa dette karmique (justice divine), telle la facture détaillée d’un commerçant intraitable. Accumulation qui retarde d’autant la «libération» des djihadistes et leurs suppôts dans l’«au-delà», puis après.

 

Chaque cruauté préconisée par Mahomet s’ajoute, augmentant sa dette karmique (justice divine), telle la facture détaillée d’un commerçant intraitable. Accumulation qui retarde d’autant la «libération» des djihadistes et leurs suppôts dans l’«au-delà», puis après.

 

Chaque crime préconisé par Mahomet s’ajoute, augmentant sa dette karmique (justice divine), telle la facture détaillée d’un commerçant intraitable. Accumulation qui retarde d’autant la «libération» des djihadistes et leurs suppôts dans l’«au-delà», puis après.

***ajouté***