Dans les espaces-temps uniquement ouverts aux êtres «libérés», le mal n’existe pas car ils le décident ainsi.